Projets Maisons privées M01 [Réhabilitat°]

M01 [Réhabilitat°]

Défiler vers le bas

Bas

Transformer un collectif inachevé en maison particulière

Plage du Val, Saint-Malo. Un petit ensemble des années 1970-1980 a fait dans les années l’objet d’une opération immobilière restée inachevée après la construction de deux niveaux d’appartements. Le plafond de l’immeuble arrive au niveau de la rue. L’ensemble est racheté par un particulier qui souhaite y établir sa résidence principale. L’habitation, orientée ouest, bénéficie d’une superbe vue sur mer et de l’ensoleillement d’après-midi. Mais son esthétique générale détonne dans un environnement à l’architecture balnéaire affirmée.

Un abri lumineux enchâssé dans le paysage

La métamorphose d’un petit immeuble collectif, planté à flanc de falaise, en maison grande ouverte sur la mer et soigneusement intégrée à son environnement…

Disposer les pièces selon la pente et la lumière

La configuration de la maison détermine le nouveau programme d’habitation : on arrive de la rue sur le toit-jardin, on descend d’un étage dans les pièces communes (cuisine, salon, coin repas en enfilade, sans cloison), d’un autre dans les chambres. Vue sur mer oblige, les pièces de vie sont en façade, celles de service à l’arrière (cellier, buanderie, salles de bains…), en créant beaucoup de transparence pour leur apporter le maximum de lumière naturelle. Les grands murs de refend qui séparaient les appartements sont abattus, les percements conservés mais les fenêtres remplacées par de grandes baies vitrées, aux gorges à rideaux masquées dans le plafond légèrement décaissé. À l’arrière des chambres, les parois des salles de bains sont en verre épais : du verre pour la transparence, la vue sur mer, la lumière naturelle ; épais pour autoriser une jonction bord à bord. Les garde-corps aux larges profils sont remplacés par des garde-corps en verre aux montants discrets. Les terrasses, en bois, prolongent les planchers, en bois. Tous ces détails de jonction valorisent la matière – bois, pierre, verre – et la diffusion intérieure de la lumière. À l’étage des chambres, un petit dortoir enfants traité façon cabine de paquebot donne sur le couloir, avec une paroi vitrée. Le mobilier aux lignes fluides est choisi avec le maître d’ouvrage.

Unir la maison à son environnement

À l’extérieur, l’étage supérieur en béton, peint en noir, devient ligne de soubassement des villas qui dominent la maison. L’étage inférieur, recouvert de parements de pierre, raccorde l’habitat à la falaise. Le toit est retraité pour trouver des places de parking et créer la séquence d’entrée : un jardin zen, minéral, à base de palis d’ardoises, de plantes locales et de passerelles en bois, sécurisé avec un garde-corps de grosses jardinières noires. Leurs plantations parachèvent l’intégration de la maison au paysage.

Remonter en haut

Remonter en haut