Défiler vers le bas

Bas

Habiter un immeuble opaque ?

L’atelier en béton de l’ancienne menuiserie a survécu, mais toute l’ossature bois des hangars de stockage est obsolète. Si tout est abattu, les contraintes réglementaires ne donnent droit qu’à la reconstruction d’une petite maison au milieu de cette parcelle triangulaire. L’architecte des Bâtiments de France est cependant d’accord pour transformer l’ensemble en logements, à condition de le maintenir extérieurement aussi opaque qu’auparavant. Une chance : l’agence adore les missions impossibles !

Un confort moderne dans une ambiance d’atelier

Une ancienne menuiserie laissée à l’abandon en plein centre de Dinard reprend vie en accueillant treize nouveaux logements. Sans perdre son âme…

Retrouver une lumière d’atelier

Le percement d’ouvertures est possible sur cour, mais pas sur rue. Tout un jeu de ventelles en bois horizontales ou verticales, motorisées, est donc déployé sur les façades. Ouvertes, elles filtrent la lumière du jour sur de grandes ouvertures vitrées sans que celles-ci puissent être assimilées à des fenêtres. Fermées, elles maintiennent le bâtiment opaque dans la nuit, conformément à la requête des Bâtiments de France. Le hangar rouge sang de bœuf, sa couleur d’origine, abrite à l’étage et sous les combles plusieurs logements en dupleix. Percé sur cour de fenêtres identiques à celles qui existaient, le bâtiment abrite un parking en rez-de-chaussée. Pour une bonne isolation phonique et thermique, tous les planchers en bois sont doublés.

Gérer les vis-à-vis et l’ensoleillement

Le bloc atelier accueille trois niveaux de logements : au rez-de-chaussée, au 1er étage, en dupleix au 2ème étage avec combles. Côté cour (soleil) ils font face aux appartements de l’ancien hangar. Pour gérer les vis-à-vis tout en bénéficiant de la lumière du sud, de grandes loggias de 25 m2 sont insérées dans le bloc atelier : chaque appartement, à chaque étage, dispose ainsi d’une vaste terrasse exposée à l’ensoleillement. On accède aux appartements par des coursives intérieures. Desservies par un escalier couvert, elles offrent une circulation horizontale abritée mais pas fermée. Avec des poteaux de soutien en forme de potences d’atelier.

Remonter en haut

Remonter en haut