Défiler vers le bas

Bas

Habiter un lieu patrimonial

Classée Monument Historique, la maison Pavie est un repère connu du vieux Dinan. L’ouvrir en maison d’hôtes implique d’y créer cinq chambres, un salon commun, une salle à manger, un office de préparation des repas, un logement pour le couple hôtelier. Contraintes : un délai de chantier très court, une enveloppe budgétaire liée à l’économie du projet. Par chance, Alexandre Pavie a laissé de nombreux carnets de voyages au Laos. Un bon fil conducteur pour l’agence !

Maison d’hier, meubles d’aujourd’hui

Auguste Pavie (1847-1925), premier ambassadeur de France au Laos, explorateur, a longtemps vécu dans cette maison du XVe siècle. Le projet d’en faire une maison d’hôtes demande une rénovation approfondie. Objectif : proposer un confort contemporain qui soulignera la belle mémoire du lieu.

Mettre en évidence les strates historiques

L’objectif premier est de préserver au maximum et rénover les éléments historiques de la maison : splendides parquets de charpentier, sol de grandes dalles de pierre dans l’entrée, rampe de l’escalier, vieux panneaux, portes anciennes, couloirs de guingois… Les pierres sont badigeonnées de chaux, les cheminées du salon remises en service. Peints de bleu noir, les panneaux du salon mettent en valeur la claire basilique Saint-Sauveur cadrée par la fenêtre. De grands fauteuils blancs, hyper profonds, offrent un vrai confort.

Inviter au voyage

L’Indochine inspire les choix décoratifs, résolument contemporains. Une page d’un carnet de croquis d’Auguste Pavie est reproduite sur le mur d’une chambre. Tapissées de toiles de Jouy, les étagères d’une autre chambre évoquent des malles de voyage ouvertes. Dans la salle à manger : une grande table chinée dans des puces asiatiques, des étagères japonaises rouges suspendues par des fils, des luminaires noirs en vannerie de caoutchouc. Les éléments des salles de bains sont intégrés aux chambres pour alléger les volumes intérieurs et proposer aux visiteurs une nouvelle expérience : douches en ronde-bosse à l’intérieur d’un cylindre en mosaïque ou placées dans une boîte de verre transparente, vasques semblables à de grands pots de terre cuite, miroirs accrochés à la verticale d’un tirant métallique. Ça et là, les lignes contemporaines du mobilier Gervasoni évoquent les chaises et fauteuils de l’époque Ming. Chaque pièce fait ainsi écho aux voyages d’Auguste Pavie.

Durée
Etude 8 mois – Travaux 6 mois
Coût 340 000 €

Remonter en haut

Remonter en haut